Compensation CO2


Vous et le climat :

La compensation volontaire est un moyen pour les entreprises, les collectivités et les particuliers de s’engager dans une démarche de lutte contre le changement climatique.

Elle fait partie des mesures qui peuvent être mises en œuvre pour accompagner la réduction de vos émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) et donc votre impact sur le climat.

Les entreprises sont des acteurs incontournables de la lutte contre le réchauffement de la planète. Sans leur participation, les objectifs à atteindre resteront hors de portée. Au cœur de l’activité économique, les entreprises occupent une place difficile face aux enjeux climatiques :

  • d’une part, elles contribuent directement à l’accroissement de l’effet de serre à travers leurs activités,
  • d’autre part, grâce à leur capacité d’innovation et de progrès, elles peuvent aussi initier des solutions.

L’engagement des collectivités est également indispensable : au contact quotidien de leurs salariés et administrés, elles peuvent et doivent jouer un rôle d’exemple et de porte-parole pour faire de la réduction de notre impact  sur le climat une priorité pour tous.

Enfin, les particuliers ont eux aussi leur rôle à jouer : chacun peut individuellement contribuer, par ses choix et actions, à minimiser le réchauffement climatique.

Soutenir par un don les ONG qui luttent pour la sauvegarde des forêts et/ou s’impliquent dans le reboisement, choisir de pratiquer du tourisme solidaire, changer certaines habitudes de vie sont des moyens individuels pour participer concrètement au « sauvetage » de notre planète.


Qui sont nos partenaires et que font-ils ?

  • En Equateur, l’association « Frontière de vie »

Front de vie logo

Avec ‘Frontière de vie’, les Kichwa de Sarayaku ont décidé de concrétiser un projet à vocation internationale et de portée universelle.

 

 

 

 

 

Depuis plus de 20 ans, le peuple Kichwa de Sarayaku, en Amazonie équatorienne, lutte pour défendre son territoire, sa biodiversité et son patrimoine immatériel, contre l’intrusion des exploitants pétroliers

En plus des moyens de lutte juridiques et médiatiques, la communauté de Sarayaku  a décidé de résister de manière pacifique en créant autour de son territoire la « frontière de vie », un chemin d’arbres à fleurs qui sera visible du ciel.

Entamée en 2005, cette action symbolique vise à attirer l’attention de l’opinion publique sur la nécessité de préserver la forêt primaire et sa biodiversité pour la survie des générations futures.

  • En Afrique de l’Ouest, l’ONG Eco-Benin

L’organisation utilise l’écotourisme comme pilier économique du développement des communautés locales.

 

Soucieuse de son impact sur l’environnement, l’association Eco-Benin propose plusieurs projets de compensation carbones. Ceux-ci sont adaptés en fonction des besoins locaux des villages partenaires.

Dans le nord du pays, elle met l’accent sur la restauration des forêts par la plantation d’essences endogènes (kaya, baobab, néré, karité, raphia…) et l’amélioration des foyers domestiques autour des parcs nationaux.

Dans le sud du pays, autour du lac Ahémé, l’association lutte contre l’ensablement des berges des mangroves, par la replantation de palétuviers. Avec ses racines aériennes, le palétuvier est l’essence dominante des mangroves.


Comment agir, à votre niveau ?
  • Versez ce montant sur le compte  d’Altervoyages : TRIODOS  523-0803243-61 et mentionnez le projet de votre choix dans la communication Compensation C02 : Eco-Bénin ou/et Frontière de vie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :