Concept

Les voyages de nos membres sont conçus pour être des espaces de rencontres et de dialogues entre des personnes de cultures différentes. Ce mode de voyage permet de rencontrer des organisations locales et la population afin de découvrir les coutumes, le symbolisme, l’alimentation , l’artisanat mais aussi leurs contraintes sociales.

Les séjours sont organisés en concertation  avec les organisations et communautés locales qui vous reçoivent. Ce mode de « tourisme » représente une alternative de développement qui restitue le pouvoir de décision, la gestion et la répartition des bénéfices aux communautés d’accueil.

Outil de lutte contre la pauvreté, le voyage a pour objectif majeur de contribuer durablement à l’amélioration des conditions de vie des communautés rencontrées. De plus, dans la construction du «circuit», amenant à la rencontre avec un partenaire, il y a aussi la volonté que tout l’argent dépensé dans le pays y reste.    Les échanges financiers se font donc avec les autres prestataires de services de manière directe. Les transports sont assurés par les compagnies locales et les taxis, l’hébergement est pris en charge par des structures locales ou les habitants,  les repas se prennent dans de petits restaurants locaux, l’artisanat est directement acheté aux producteurs.

Des acteurs engagés

Ce secteur regroupe différents types d’acteurs, il  implique des acteurs issus d’espaces géographiques, sociaux, culturels, professionnels, politiques différents. Les associations d’éducation permanente, les associations de solidarité internationale, les organisations de jeunesse, les organisations non gouvernementales , les institutions publiques, les mutuelles, les communes, les Hautes Ecoles, les agences de tourisme, des entreprises du secteur privé.

Des critères à respecter

Pour encadrer le concept , la plateforme française ATES à élaboré une charte qui sert aussi de référence aux différents acteurs en Belgique. Cette charte repose sur les principes suivants :

  1. les populations locales sont au cœur du processus d’accueil et l’opérateur organise ses séjours en partenariats avec elles,
  2. l’opérateur choisit des partenaires organisés autour de projets de développement bénéficiant à la collectivité,
  3. il organise ses voyages de manière à maximiser l’impact sur l’économie locale des territoires d’accueil,
  4. il organise ses voyages en veillant à respecter les équilibres environnementaux, sociaux et économiques,
  5. il favorise la rencontre et l’échange dans la conception de ses voyages,
  6. il informe sur les opérations de développement et préservation de l’environnement mises en place grâce aux bénéfices de l’activité touristique,
  7. il informe et sensibilise ses voyageurs sur chaque destination (situation économique, sociale et culturelle, règles de savoir-vivre, situation environnementale),
  8. il fixe le prix de ses voyages de manière à dégager une marge affectée à un fonds de développement,
  9. il met à disposition du voyageur la répartition du prix du voyage,
  10. l’opérateur milite pour le tourisme équitable et solidaire ainsi que le respect de ses principes .

Eau

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :